• Sa majesté Minicouette

    Minicouette règne sur la maison en véritable tyran. Elle exige, crie, pleure si elle n'a pas ce qu'elle demande, refuse d'obéir, voudrait décider du menu et du programme télé,etc...Paradoxalement, à l'extérieur, mademoiselle joue les petites filles modèles et fait sa timide.

    Minicouette est à la fois la petite dernière de notre nombreuse tribu et fille unique.Lorsque j'ai rencontré l'Homme, j'étais maman solo de 3 enfants de 6,10 et 12 ans. Lui n'en avait pas et en désirait un. Je trouvais égoïste de lui imposer mes trois gnomes si je refusais de lui en donner un à lui. Minicouette est donc née deux ans plus tard. Les trois aînés ont bien accueilli leur soeur et l'ont gâtée comme une princesse. L'Homme était fou de sa fille et ne lui refusait rien. Il n'a jamais aimé la voir frustrée et ne supportais pas de la voir pleurer. J'ai eu beau expliquer à mon cher mari que lui donner tout ce qu'elle désirait ne ferait pas son bonheur, il était difficile pour lui de résister.J'ai toujours dit que plus tard elle n'aura pas tout ce qu'elle voudra au moment où elle le voudra. Qu'elle doit apprendre la frustration, la patience, attendre, et surtout mériter certaines choses. L'éducation de notre fille était donc une source de conflits, nos points de vues étant opposés. Minicouette étant futée, elle a senti le désaccord et en jouait.

    Lorsque Minicouette fait une bêtise, un caprice ou désobéi, Monsieur la menace d'une punition ( qu'elle n'aura jamais), perd patience, crie et fini par céder. Pas très cohérent tout ça....

    Je suis contre la fessée. En sept ans, elle n'en a eu qu'une seule. La fessée qui part parce qu'on est à bout, que l'enfant dépasse les bornes, la fessée qu'on regrette aussitôt. Il m'arrive de crier aussi, parce que c'est fatiguant parfois après une journée de travail, de se retrouver face à un enfant capricieux, qui refuse d'obéir et se fiche ouvertement de vous. Mais crier n'est pas une habitude. Je ne laisse pas tout passer pour autant. En général je préfère le dialogue. Je sanctionne aussi: je fais réparer la bêtise, assumer les conséquences de ses actes, l'isole pour réfléchir, ou je la prive de jeux vidéos ou télé ( à la place elle fera un puzzle ou lira).

    Résultat de nos méthodes éducatives opposées: Minicouette est devenue un tyran.

    Lorsqu'elle est avec moi, la journée se passe plutôt bien, même si je dois parfois répéter et punir.

    Lorsque l'Homme est présent, c'est une autre histoire. Elle commence une série de caprices auxquels il fini par céder pour avoir la paix.

    Les soirées et les weekends en famille deviennent parfois invivables. Cela ne peut plus continuer ainsi. Nous ne devons plus la laisser continuer à se comporter comme une petite reine.

    J'en ai donc discuté avec l'Homme, il faut agir! A partir de la rentrée, les règles seront écrites, affichées et expliquées à Minicouette. Nous ne céderons à aucun de ses caprices y compris ( et surtout) papa. L'Homme cessera aussi de se plier à la moindre de ses exigences, et plus de jouet pour une bonne note ( ou pour rien aussi).

    Dernier point sur lequel il y a un changement: Minicouette refusait d'aller au TAP, pleurait, se rendait malade. Nous avions fini par la mettre chez une nounou après la classe, jusqu'au retour de son père. A partir de la semaine prochaine, elle n'ira chez la nounou qu'une seule fois, les autres jours elle retournera au TAP et à la garderie du soir, comme tous les enfants de son âge dont les parents travaillent.

    Minicouette ne sera plus la reine à la maison, les ados sont prévenus aussi. C'est la fin de la monarchie absolue.

                                                              

    Sa majesté Minicouette


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :