• Je sais ta peine

    Ma fille,

    La vie d'une maman est parsemée d'étapes. Ces étapes nous révèlent que nos enfants grandissent. Il y en a certaines dont on aimerait se passer, comme le premier vrai chagrin d'amour...

    Adolescente, tu as eu de petites amourettes, rien de bien sérieux, même si parfois tu as pleuré, tu t'es vite remise de la déception et tu es passée à autre chose. Jusqu'au jour où tu l'as rencontré LUI. C'était au collège, en quatrième. Tu m'en parlais souvent, mais vous n'étiez que des amis. Je crois que tu étais déjà amoureuse, mais lui te considérait comme une confidente, tu voyais ses petites copines défiler, tu l'écoutais et tu restais forte. Puis en seconde vos rapports ont changé et vous avez échangé votre premier baiser.

    Cette histoire t'a transformée. La lycéenne timide qui se cachait dans son uniforme jean/ sweat/ baskets est devenue une jolie jeune fille épanouie attentive à son image, coquette et féminine. Tu ne jurais que par LUI, passais tout ton temps libre avec LUI, tu es même partie en vacances avec sa famille. Ses parents sont devenus nos amis. Ils t'aiment beaucoup et te considèrent comme la fille qu'ils n'ont pas eue. Vous étiez mignons tous les deux, jamais l'un sans l'autre, vous étiez inséparables et je ne te voyais quasiment plus. Vous aviez des projets plein la tête.

    Et ce week-end, j'ai compris...J'ai bien vu que tu étais de plus en plus souvent à la maison, pour la première fois depuis longtemps, tu as passé tout un week end avec nous. Pas un coup de fil, pas de message, pas de visite. Je ne l'ai pas vu depuis plus d'une semaine. Je t'ai vu monter en larmes dans ta chambre après une simple dispute avec ton frère. Ce n'est pas cette petite dispute qui a provoqué ces larmes, c'est un trop plein, je le sais. Tu passe beaucoup de temps avec ta petite soeur, avec ta meilleure amie, tu reste souvent dans le canapé comme prostrée, tu maigris...

    Tu veux jouer les dures ma fille, tu ne veux pas m'en parler. Tu es forte, je le sais.

    Mais je suis ta mère et je ne suis pas dupe, même si tu ne m'as rien dit, je sais que c'est fini avec LUI.

    Je devine ta peine, je sais à quel point un chagrin d'amour peut faire mal. Et j'ai mal pour toi ma princesse, j'aimerai porter ta peine. Saches mon bébé que tu peux tout me dire, je suis là pour toi. Je voudrais te prendre dans mes bras, te serrer très fort, te dire que le temps effacera ta peine, que tu as la vie devant toi, que je souffre de te voir si mal et à quel point tu mérites d'être heureuse.

    Tu deviens une femme ma fille, la vie n'est pas facile, mais je serai toujours là. Je t'aime d'un amour inconditionnel. Tu es ma fille, mon trésor, ma fierté et je sais que tu as un bel avenir devant toi.

     

     

     

            

    Je sais ta peine


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :